Premier Jeu de Rôle par Forum Francophone se Basant sur le Thème de la Série TV Battlestar Galactica, Version '03.


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Check-up Mark II {Serena}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iago Giles
Soldat
Soldat
avatar

Âge du Personnage : 34

MessageSujet: Check-up Mark II {Serena}   Mar 24 Nov 2015 - 13:01

Clique ici, si tu veux:
 

Si la blessure cicatrisait bien, tant mieux. Iago était néanmoins, se rapprochant sans le savoir de la philosophie en vogue sur Sagittaron, d'avis que les blessures concernaient bien davantage l’âme que le corps. Si une plaie ouverte pouvait aisément se refermer avec des soins adéquats, les circonstances dans lesquelles cette plaie s'est ouverte en premier lieu restent à jamais dans la boite noire, consciemment ou inconsciemment. Aussi, les élancements réguliers qu'ils ressentaient tenaient plus de l'imaginaire que du réel. Ce qui ne les rendait pas moins inavouables face à un médecin militaire.

D'ailleurs, visiblement son brillant jeu d'acteur avait fait son effet, puisque la jeune médecin ne jugea pas utile de refaire son pansement. Une barrière de moins, ainsi la blessure était officiellement rangée dans le rayon « en phase de guérison » de ses pensées. Ce n'était pas plus mal, il pourrait ainsi davantage se concentrer sur son travail (et quel travail!) en cette période de grande confusion. Il ferma donc définitivement le dossier en lançant un

- Ce sera fait. Nettoyage intensif.

Elle lui apprit dans la foulée qu'effectivement il avait vu juste : elle était en effet tout juste diplômée, et propulsée dans sa fonction actuelle avec un brin trop de précipitation à son goût. Elle n'était pas à l'aise en tant que militaire. C'était là un point commun entre eux, lui qui comptait simplement économiser sa solde et se barrer au bout de cinq ou six ans après avoir fait le beau en uniforme, pour le protocole. Il n'avait pas spécialement imaginé qu'il se retrouverait dans le costume d'un des derniers soldats entraînés dont disposait non pas la flotte coloniale, mais l'humanité. Il ne sut néanmoins pas comment réagir devant cette confession d'Hardwick. Sa voix, redevenue un brin rocailleuse, aligna seulement quelques mots.

- Ça va aller doc. Accrochez vous, suffit de mettre un pied devant l'autre.

Comme c'était extrêmement bateau, il assortit la remarque d'un de ses très rares clins d’œil. Il n'allait tout de même pas lui envoyer une bourrade franche et virile, comme il en avait l'habitude du temps d'Aquaria. C'était un médecin militaire, et une jeune fille relativement frêle qui plus est. Une fois qu'il eut terminé de lire les lettres, en ignorant la question de la jeune fille au passage, il entreprit de reboutonner sa chemise et de passer sa veste de treillis, fermant un instant les yeux en guettant le verdict. C'était bien sur parfait. Il pouvait retourner au combat, sans avoir besoin d'attention médicale ou psychologique particulière. On allait lui remettre un automatique en main, et en avant la musique.

Il s’apprêta donc à se lever aussitôt qu'il eut signé les documents présentés, semblant aussi bourru que quand il avait franchi la porte. Il avait d'ailleurs l'intention de saluer sobrement le doc, et de regagner ses quartiers. Il avait un traité de médecine quantique, tout droit importé de Sagittaron, à finir de lire. Au lieu de ça, et à sa grande surprise, il s'entendit dire :

- Merci pour la bonne note. Ouais, il va falloir se coller a apprendre les ficelles à toute une bande de civils mal fagotés, si vous voulez mon avis.

Et, dans un rictus

- Pas de patients ? Pas de mission spéciale de mon coté. J'espère que vous avez une bonne descente.

C'était là son assentiment. Et d'ailleurs il s'était déjà retourné vers la porte, regardant un instant le plafond. Comment lui, de naturel taciturne, avait pu accepter une invitation à boire un verre avec une gamine qu'il connaissait aussi bien que la plupart des types de son escouade, c'est à dire juste de vue ? L'instinct grégaire ? La volonté de se serrer les coudes devant le précipice gigantesque qui faisait face à l'humanité ?

Vous connaissez la musique:
 

Il n'avait répondu à aucune de ces questions lorsque, une dizaine de minutes plus tard, il accrocha sa veste au dossier de la chaise d'une table pour deux, quelque part dans le bar de ce cher… Type, là. Il n'avait jamais mis les pieds ici et n'était pas vraiment un habitué des pourtant nombreuses tavernes du port d'Aquaria. Il attendit posément que le doc Hardwick prenne place en face de lui, mains jointes sur la table, puis lui décocha sans prévenir :

- Au fait, pour répondre à vot' question de tout à l'heure, j'viens d'Aquaria. Né, élevé, presque noyé deux fois. La station balnéaire des colonies.

Il n'avait pas fait le moindre geste en direction du gérant ou des deux clampins qui semblaient faire un semblant de service. Ils se bougeraient bien assez tôt pour encaisser une petite portion de leur dieu à tous, leur sauveur, l'argent crasseux du militaire. Il ajouta ensuite, nonchalant.

- Et vous doc ? Caprica, je parie, j'ai cru choper une pointe d'accent tout à l'heure.

Il leva un sourcil, et baissa les yeux. Sa paupière s'était remise à trembler. Une partie de lui voulait socialiser, et l'autre lui intimait de prendre ses cliques et ses claques, de les bazarder par dessus son épaule, et de les accrocher bien au chaud dans sa couchette. Une antre d'un mètre cinquante de large, un mètre quatre-vingt dix de long et soixante centimètres de haut. Et c'était son chez lui. Il contemplait la table, comme absorbé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séréna Hardwick
Enseigne 1re Classe
Enseigne 1re Classe
avatar

Âge du Personnage : 32

MessageSujet: Re: Check-up Mark II {Serena}   Sam 5 Déc 2015 - 6:41

Ps : Excuse moi de cette longue attente et se court message

Séréna avait conseillé au jeune homme de s’occuper de sa blessure régulièrement mais au vu de sa réponse, elle préféra quand même ajouter.

-«  Ne me la décaper pas quand même cette blessure !! Hein, ! cela serait dommage qu’elle se rouvre » dit-elle en faisant un clin d’œil.

Elle le trouva mignon, un instant. Elle lui avait avoué qu’elle venait juste de prendre sa fonction et il l’encourageait à garder le dos droit. De toute manière, elle n’avait pas vraiment le choix. Personne avait le choix en fait. Pour leur survit, ils devaient tous avancer et s’en remettre au Commandant Adama et à la Présidente Roslin.

-«  Je crois bien que de toute manière, nous n’avons pas vraiment le choix. »

Elle se doutait bien que maintenant le Commandant et le Colonel allait devoir recruter des civils et en faire de faux militaires, et que bien évidemment, les combattants réels allaient devoir leur apprendre. Elle était dans le même cas pour la médecine en fait .

-«  Vous n’êtes pas le seul vous savez ! Je vais devoir me coltiner une ou un stagiaire en médecine pour qu’on ne manque pas de docteurs. Je vais m’éclater mais les ordres sont les ordres, n’est-ce pas ? »

C’est alors qu’il enchaina sur la proposition de la jeune femme d’aller prendre un verre.

-«  Je ne dirais pas que j’ai une descente du tonnerre mais un petit verre peu toujours faire du bien. Je vous laisserai vous saouler en ma compagnie.»
dit-elle dans un petit sourire.

Elle ne précisa pas qu’elle n’avait pas de patients qu’il l’attendait. Après tout, elle venait de le dire, quel intérêt de répéter. Elle préférait économiser sa salive.
Après quelques instants de marches, ils arrivèrent au bar. Elle se dirigea vers une table et s’assit après que Iago l’ait fait. Il ne semblait pas vraiment un habitué des lieux. Elle allait se relever pour aller chercher à boire quand, il répondit à la question qu’elle lui avait posé quelques instants plus tard. Il changea même sa manière de parler. Il mâcha ses mots et lui répondit comme s’il était sur sa planète. Elle comprit alors pourquoi il agissait comme cela. La Planète Aquaria était peut-être très  belle, mais elle devait avouer qu’elle n’aurait jamais aimé vivre la. Elle hocha la tête ne guise d’assentiment.
Il enchaina alors sur la jeune demoiselle. Oui, elle venait de Caprica. Cette planète ou tous les snobinards et politiciens vivaient presque tous. Elle hocha la tête et observa Iago un instant.

-«  Oui, c’est exacte ! Je suis née, j’ai grandit, j’ai vécu un peu, j’ai fais mes études, je me suis disputée et j’ai atterris sur le Cloud Nine. Si je puis dire en résumé ».

Tout d’un coup, elle remarqua qu’il semblait absorbé à ses pensées. Il avait plutôt l’air réticent  à faire la causette ou bien connaissance. Elle avait l’impression que ce n’était pas son truc, la parlote. Elle allait devoir faire la conversation peut-être qu’elle arriverait à le dérider un peu. C’est alors qu’un jeune homme s’approcha d’eux. Il fit un beau sourire à Séréna qui le lui rendit. C’était le soit disant serveur du bar. Il venait prendre leur commande.

-Bonjour Docteur Hardwick, vous prenez comme d’habitude ? »


Elle regarda Iago un instant pour voir s’il réagissait mais il avait l’air encore bien loin. Elle fit une légère moue et sourit au serveur John, si elle se souvenait bien.

-«  Je crois qu’on va faire cela John, c’est ça »
dit-elle alors qu’il hochait de la tête. « Apportez nous deux verres et une bouteille, je crois que mon ami à besoin de se changer les idées et de boire un peu » dit-elle en faisant un clin d’œil.

John repartit et Séréna se concentra sur Iago. Elle lui toucha la main de la sienne et dit :

-«  Vous êtes toujours avec moi, ou vais-je devoir descendre cette bouteille de whisky toute seule ? » dit-elle en le fixant du regard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago Giles
Soldat
Soldat
avatar

Âge du Personnage : 34

MessageSujet: Re: Check-up Mark II {Serena}   Sam 12 Déc 2015 - 13:05

Il repensait à présent aux endroits qui avaient constitué son « chez-lui » avant cette couchette étriquée que pourtant il adorait. Toute sa jeunesse, il avait vécu dans sa maison de famille à quelques centaines de mètres de la cote. Rien de bien grand, une pièce de vie, une pièce servant de dortoir à l'ensemble de la famille, et un fumoir doublé d'un saloir en soupente sur le coté, qui servait de remise à bois pour la moitié de sa surface lorsque l'hiver approchait. La vraie maison était un bateau de dix mètres de long tout au plus, ou il avait passé la plus claire partie de son temps à aider son père, pêchant le matin et vendant à l'étalage en fin de journée, jusqu'à ce qu'il  fut en mesure de s'acheter des études. Et puis logement de fonction, une fois et demi la surface de sa cahute d'enfance, en tant que doctorant et professeur. Et enfin, suite à son licenciement, une couchette et ces longues coursives métalliques avaient fini par constituer le seul horizon auquel le soldat première classe Iago Giles aspirait à présent.

Il était effectivement absorbé dans ses souvenirs. A vrai dire, il avait presque l'impression que la table du bar ou il s'était assis quelques minutes plus tôt en compagnie du docteur Hardwick était en réalité la table de son entrée, dans son appartement sur Aquaria, et que tout ça n'était finalement qu'un rêve. Néanmoins, aucune main féminine n'avait eu le panache de se poser sur la sienne du temps de ses années de doctorant, passées seul à hanter les rayonnages des bibliothèques et à écrire des pages et de pages pour sa thèse et quelques traités de philosophie mineurs en collaboration avec d'autres chercheurs. Cette main-là lui fit lever les yeux, et ce fut comme sortir de l'eau après une longue apnée. Il reconnecta les fils, et son regard se balada un instant sans les voir sur les traits de Serena avant d'aviser la bouteille posée entre eux deux sur la table.

- Excusez.

Il s'humecta les lèvres, et en un geste d'une belle dextérité remplit en quelques secondes les deux verres légèrement blanchis au calcaire qu'on leur avait alloués en appoint.

- Permettez que j'vous serve, doc.

Il fit ensuite glisser le verre de la jeune médecin vers elle, tout en gardant l'index sur le sien pour le rapprocher de quelques centimètres. Il pouvait en sentir les vapeurs à présent. Il y avait pourtant des mois que Iago était au régime sec, passant le plus clair de son temps libre à la salle de sport à courir des kilomètres sur les vieux tapis roulants. Il allait le sentir passer, ce whisky après des mois à l'eau.  Il sirota une gorgée, honorant au passage la tradition millénaire aquarienne de ne jamais, jamais trinquer ; En effet, c'était susceptible de porter la poisse aux équipages quittant le port. Il reprit ensuite naturellement le fil de la conversation, comme si son absence de tout à l'heure n'avait jamais eu lieu.

- Le whisky doit être à la mode sur Caprica, si vous en avez l' « habitude ».

Il s'était forcé à ne pas grimacer. Il en avait légèrement abusé après son licenciement, et si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait commandé un jus de fruits. Mais maintenant que la bouteille était là… Il espérait simplement ne pas se faire honte devant le doc. Ça la foutrait mal, dans le cas contraire. Ses prunelles noires dardées sur Serena, il enchaîna d'une voix rendue encore plus rauque par sa récente absorption de spiritueux (il venait d’enchaîner la première gorgée avec ses deux héritières).

- Moi, ce que j'retiens dans ce que vous avez dit y'a deux minutes, c'est que vous vous êtes disputée. C'est ça l’événement déclencheur qui fait que vous êtes ici, pas vrai ? Outre l'grand cirque avec les grilles pains, tout ça.

Il ajouta

- Dispute familiale ? Si j'suis pas indiscret bien sur.

Après tout, c'était ce que faisaient les camarades de boisson. Raconter leur vie à toutes les sauces possibles. C'était justement grâce à ça qu'une vraie camaraderie alcoolisée pouvait s'installer. Refaire le monde. Et dans leur situation, perdus au milieu des naines rouges, géantes gazeuses et autres nébuleuses, c'était précisément ce dont ils avaient tous besoin. Bien sur, si elle prenait sa curiosité à rebrousse poil, se vexait et se renfermait, il pourrait toujours retourner aux théories du professeur Thelonious Barkley sur l'empathie étendue aux plantes.

Il laissa son regard errer sur le bar. Les gens s'accrochaient à ce qui rendait la vie plus supportable à l'époque des douze colonies, déjà : la boisson et la socialisation. Pour oublier qu'ils risquaient de se manger un missile nucléaire à chaque seconde, et pourquoi pas quand ils seraient en train de regagner leurs quartiers ivres comme des tanches. Son index se crispa sur une gâchette imaginaire, autour de son verre. Et il darda de nouveau son regard noir sur le doc. Elle était pas mal, dans cette lumière défaillante au néon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Check-up Mark II {Serena}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Check-up Mark II {Serena}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La voie de la simplicité, Mark Burch
» MARK (part of Avon)
» La Méthode G.E.D de Mark Forster
» serena VAN DER WOODSEN ». LINK'S
» BACK TO SCHOOL CHECK LIST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Battlestar Galactica : le RPG-PBF ! :: Jeu de Rôle :: BSG-75 Galactica :: Joe's Bar-
Sauter vers: