Premier Jeu de Rôle par Forum Francophone se Basant sur le Thème de la Série TV Battlestar Galactica, Version '03.


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iago Giles
Soldat
Soldat


Âge du Personnage : 34

MessageSujet: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Mer 11 Nov 2015 - 0:06

Le son creux de pas lourds, bottés et réguliers hantait la coursive menant vers les installations médicales du seul, de l'unique Battlestar Galactica. Les longs couloirs n'étaient pas à proprement parler la tasse de thé du soldat Giles, qui pour l'occasion progressait tête nue, le regard passant sur chaque vis de la carlingue. Il les voyait sans les voir, et au cœur de son cortex les pensées s'accumulaient, toujours plus confuses.

A chaque fois qu'il se retrouvait dans un de ces couloirs, souvent seul, parfois en patrouille, il ne pouvait que constater l'absence de hublots. Il n'y avait que murs gris acier, éclairage cru, et aucune espèce d'horizon. Bifurcations, sas, lettres capitales blanches indiquant la fonction de chaque local. Il avait été affecté sur le Galactica deux ans avant l'attaque qui avait réduit les douze colonies à l'état de reliques et leur gouvernement à l'état de farce traditionaliste. Il avait eu le temps, heureusement, de se familiariser avec le labyrinthique vaisseau de combat. Et présentement, il se rendait à l'infirmerie.

Néanmoins, aucune égratignure n'était à déplorer, aucune balle ne s'était invitée inopinément à la fête privée de ses entrailles, et aucun pétage de plombs n'était à craindre. Il s'était simplement levé avec le désagréable constat qu'aujourd'hui, pour changer, il passait sa visite médicale annuelle. La encore, il suivait la "tradition", mais cette fois celle-ci avait gagné en pertinence. Auparavant, il s'agissait d'une visite de courtoisie, puisqu'il ne risquait pas exactement sa vie en fixant le mur d'en face sans ciller pour impressionner les touristes. A présent, avec ses check-up physiques et ses tests psychologiques associés, ils devenaient un vrai indicateur concernant les personnes aptes ou non à se balader avec une arme a la main. Suicide, mutinerie, règlements de comptes... En temps de guerre, les choses se corsent toujours un peu. Considérant cette pensée, Iago prit à droite, et croisa en un battement de cils un spécialiste parfaitement inconnu. Œillade. Rictus gêné.

- Bonjour !

Pas de grade dans la phrase, l'autre avait l’œil. Iago ne portait pas non plus de gilet pare-balles, pas d'unité comm, il était simplement identifié par le treillis et l'insigne a son col comme un autre militaire abonné au bas de la chaîne de commandement. Iago ne répondit pas au salut du spécialiste. Il se contenta d'un bref signe de tête, et continua son chemin d'un bon pas. Entre temps l'autre l'avait reconnu, l'avait fixé deux secondes, puis avait décidé de ne pas se formaliser. On faisait difficilement plus taciturne et mutique que le soldat Giles.

Reprenant le fil de sa réflexion, Iago repensa à sa dernière intervention, dans les méandres du cargo militaire Genova. Il se repassa un instant les différents événements, puis décida de lâcher l'affaire. Ça n'avait pas été exactement festif, là bas. Il se serait même volontiers contenté d'une reconnaissance standard, avec deux trois bouts de barbaque avariés à ramener à la morgue. Mais le passé étant le passé, et l'avenir ayant tout récemment été remplacé par le néant le plus total, il se concentra sur la porte de l'infirmerie, toute proche à présent. Elle était son objectif. Il releva un peu le menton pour se donner une contenance, et donna une bonne poussée de l'avant bras. Une seconde après, il se tenait dans l'embrasure, le regard embrassant la totalité de l'infirmerie. Il ne s’avança pas au milieu des lits en quête de son précieux rendez-vous. Ils finiraient bien par lui demander ce qu'il faisait là. Il cala les pouces dans sa ceinture, ferma la porte, et finit par s'adosser au mur, guettant l'amorce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séréna Hardwick
Enseigne 1re Classe
Enseigne 1re Classe


Âge du Personnage : 32

MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Mer 11 Nov 2015 - 7:07

La première mission de la jeune femme avait été dure, mais il fallait avouer qu’elle s’en était bien sortie. Cependant, elle préférait quand même rester tranquille à l’infirmerie que d’être obligée de partir vadrouiller avec une arme à la main. Elle ne voulait pas tuer mais plutôt sauver des vies. Enfin, quand on parlait « boites de conserves », la jeune femme se disait qu’il ne fallait pas avoir de pitié. Surtout qu’ils aient massacrés la plus grande partie de l’humanité.

Pour le moment, elle rangeait les médicaments et faisait l’inventaire dans la réserve. Ils allaient devoir être très minutieux quand à la consommation des produits. Ils ne pourraient pas renouveler le stock. Cela risquait bien évidemment de poser un problème, à un moment ou à un autre. Séréna en avait bien sur parler au Docteur Cottle qui avait été de son avis. Mais les choses étaient ainsi !

C’est alors qu’elle entendit la lourde porte de l’infirmerie s’ouvrir. Son premier patient devait certainement être arrivée. Elle passa légèrement la tête et l’observa longuement. Il n’interpella personne, ne broncha pas non plus. Il se cala simplement contre la parois les mains dans les poches. La jeune femme eut envie de rire. En voilà un qui n’était certainement pas heureux de venir ici.

Pourtant, en l’observant attentivement, elle avait l’impression de l’avoir déjà rencontrer. Mais elle ne se souvenait pas ou. Cela lui reviendrait plus tard. Ce n’était pas vraiment important. Elle ne pensa même pas à la mission du vaisseau fantôme. Enfin, elle fit demi tour et posa ses papiers dans un coin afin de reprendre à plus tard son inventaire. Elle hésitait toute fois à venir au devant de l’homme. Après tout c’était à lui de se manifester pas à elle. Mais si elle décidait de s’entêter, cela pourrait peut être durer des heures comme cela. Elle souffla et passa la porte.

Séréna avait attaché sa longue chevelure en queue de cheval. Ils virevoltaient lorsqu’elle marchait. Comme bien sur, elle travaillait, elle avait revêtit la blouse blanche du à sa fonction. Elle sourit à Iago et s’avança vers lui.

-« Bonjour, Monsieur Giles, je présume ? Je suis le Docteur Hardwick»

Elle avait bien sur regarder et presque apprit par cœur le nom de ces visiteurs. Mais elle pouvait se tromper. Elle lui montra la table d’examen :

-« Vous comptez rester coller à votre porte ? » dit-elle en souriant. « A moins que vous ne préfériez repartir au plus vite car vous avez peurs des piqures ? »

Elle ne savait pas ce qui lui prenait. Elle avait envie de plaisanter avec Iago. Peut-être qu’elle avait besoin de rencontrer du monde ? Après tout leur vie à tous avait été bouleversé en l’espace d’une fraction de seconde. Alors qu’elle se retournait pour prendre son stéthoscope, elle espérait que Iago est prit place. En même temps, elle lui demanda :

-« Pouvez-vous ôter votre T-shirt, s’il vous plait ? Je voudrais vous ausculter et vérifier que tout va bien au niveau de vos poumons et de votre cœur. »

Elle se retourna et observa le militaire. Comptait-il bouger ou attendre le déluge ? Elle haussa un sourcil et sourit de nouveau pour essayer de le mettre à l’aise. Elle ne savait pas qu’est-ce qu’il pensait réellement, mais il ne semblait pas vraiment presser. Qu’allait-il falloir encore qu’elle dise pour essayer de le dérider.

-« Allez plus vite vous viendrez vous assoir en face de moi et plus vite vous pourrez retourner à vos habitudes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago Giles
Soldat
Soldat


Âge du Personnage : 34

MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Mer 11 Nov 2015 - 17:48

Alors qu'il se tenait là, adossé, le regard dans le vague, il se remémora la seule fois ou il avait fréquenté un hôpital avant la flotte. C'était en tant que civil qu'il avait d'abord connu les longs couloirs éclairés au néon, les cris affaiblis des moribonds et l'odeur; Cette odeur aseptisée, stérilisée, qui expliquait calmement à vos narines que sauf coup de chance inopiné elle serait la dernière odeur qu'elles sentiraient. Mort de maladie, de vieillesse, hémorragie interne après une blessure: toutes promettaient cette odeur. Mort violente, sur le coup: seule façon de l'éviter.

L’hôpital, sur Aquaria, avait constitué le dernier endroit qu'avait vu sa sœur. Silène avait cinq ans de moins que Iago, et elle avait trouvé sa fin comme bien d'autres en pratiquant un métier ancestral: plongeuse. Ceux qui n'étaient pas nés sur la planète et voyaient ces femmes en tenue d’Eve plonger dans les vagues, harpon à la main, prenaient volontiers les aquariens pour des barbares. Mais ils les appelaient "sirènes", dès lors qu'ils tenaient un carnet de voyage quelconque. Silène avait simplement joué de malchance, passant de prédateur à proie dès lors qu'un requin sphinx (huit mètres de long) avait décidé de lui gober la jambe. Ramenée sur la grève, elle avait été transportée en urgence à l’hôpital, et était morte deux heures plus tard. C'était le jeu. Aucun membre de la famille n'avait pleuré, comme il se devait, et le corps avait été largué au large.

Iago en voyait deux ou trois qui allaient sans doute passer le voile, étendus immobiles sur les lits, le regard vitreux, gémissements sourds. Les silencieux. Ceux qui hurlaient leurs états d’âmes, eux, il ne s'en faisait pas pour eux. Un léger sourire aux lèvres (comme à chaque fois qu'il pensait à la mort, à vrai dire), il se tourna d'un bloc lorsque le médecin qu'il devait voir fit irruption dans le coin de son champ de vision.

-« Bonjour, Monsieur Giles, je présume ? Je suis le Docteur Hardwick»

- Bonjour. Oui.

Il plissa les yeux, et ne tarda pas à reconnaître le médecin qui avait accompagné la mission sur le Genova. Il en fallait bien une. Elle était décidément toute jeune, chose qu'il n'avait pas notée la dernière fois. Elle n'était pas la seule. Tous les cadets fraîchement émoulus des académies militaires avaient été promus et affectés en urgence. Enfin, ceux qui avaient survécu au massacre des colonies, s'entend. Ils étaient propulsés dans le grand bain avec une tache colossale sur les bras. Entendant la pique de la jeune médecin, il décolla prestement les omoplates du mur, et entreprit de s'étirer, passant les bras derrière la tête. Il cessa de les tendre lorsque le craquement désiré se fit entendre.

- Peur des piqûres ? Ah...

Rictus. Le dernier qui avait vu Iago partir d'un franc éclat de rire était sûrement mort. Mais dans ses grands yeux noirs, braqués comme deux boules de billard sur le docteur Hardwick, on devinait un certain amusement. Un rien pouvait suffir pour alléger la tension à laquelle ils étaient tous sujets ici. Le médecin, sous le regard inamovible de l'Aquarien, s'était retournée afin d'attraper un stéthoscope. Dieu, qu'il haïssait les stéthoscopes. Bien davantage que les aiguilles. Il prouva ce dernier point en ôtant diligemment sa veste, puis son T-shirt, tout en allant, d'un pas souple, s'asseoir sur la table d'examen. Ses deux avants bras arboraient chacun une grue en noir et blanc, tatouées en symétrie parfaite l'une de l'autre. C'était tout, cela dit, et il promena son regard dans la salle pour voir qui osait pouffer à la vue de sa carrure relativement malingre pour un Marine. Il ajouta, lorsque la médecin se retourna.

- Voilà chef. On commence par quoi ?

Puis, a sa propre surprise:

- Et puis, pouvez m'appeler Iago, sur, ce sera plus commode.

Un de ses sourcils s'était froncé dans la manœuvre, le gauche, tandis que sa paupière droite jouait les chefs d'orchestre à soixante battements minutes. Il était parfaitement détendu. Il regardait fixement le stéthoscope, et se forçait à avoir l'air détendu, plus exactement. Mais c'était une tache pharaonique quand on s'appelait Iago Giles, et que la moitié des camarades de chambrée et tous les officiers vous surnommaient "Rictus" en raison de votre capacité à toujours, je dis bien toujours, créer un malaise dans une pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séréna Hardwick
Enseigne 1re Classe
Enseigne 1re Classe


Âge du Personnage : 32

MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Sam 14 Nov 2015 - 6:43

Séréna savait que les gens n’étaient pas fan des hôpitaux ou des infirmeries. C’était étrange comme une appréhension de ces endroits oppressait souvent l’homme. Enfin, elle pouvait comprendre toute fois. Généralement, lorsqu’on s’y rendait c’est que cela n’allait pas du tout bien. Séréna en était consciente et essayait toujours de rassurer au mieux ses patients.

Elle arriva dans la salle et l’homme lui confirma qu’il était bien Iago. Mais étrangement, sa tête lui disait quelque chose. Mais elle n’arrivait pas à se souvenir ou est-ce qu’elle l’avait vu. Elle n’insista pas, cela lui reviendrait quand elle ne s’en préoccuperait plus. Elle lui demanda de s’avancer vers elle et l’observa en même temps. Elle fit une légère grimace lorsqu’elle entendit ses os craqués. Elle avait horreur de ce bruit la. Mais elle ne pouvait rien y faire. Certains aimaient se faire craquer de la sorte.

Elle lui avait demandé si il avait peur des piqures, mais il ne lui démentit pas. Bon en bref, il était pas du tout à l’aise. Un rictus se forma sur son visage confirmant les pensées de la demoiselle. Après, elle ne pouvait pas savoir qu’il avait un tic et il avait la fâcheuse manie de faire des grimaces. Mais étrangement, en l’observant attentivement, Séréna vit dans ses prunelles noires, qu’il était plutôt amusée. La doctoresse se détendit un peu. Elle était rassurée, il avait plus à l’aise qu’il y paraissait.

C’est alors qu’elle se retourna après avoir prit son stéthoscope et remarqua les deux tatouages en forme de grues. Ils étaient magnifiques. Elle les observa et fronça les sourcils. Elle remarqua une légère blessure sur ses cotes. Elle observa alors attentivement le marine et se souvint enfin de lui. Il était sur le Genova en même temps qu’elle et elle avait du le soigner.

Le Lieutenant Miller et son équipe l’avait trouvé inconscient avec Kate Harlock dans le CIC. Elle allait devoir aussi vérifier la blessure qu’elle cicatrise bien. Mais pour le moment, elle commencerait par l’ausculter.
Elle lui montra le stéthoscope alors qu’il lui demandait par quoi on allait commencer.

-« Par ceci » dit-elle avec un joli sourire.

C’est alors avant qu’elle commence par l’examiner, il lui proposa de l’appeler par son prénom. C’était plutôt étrange mais si cela pouvait le mettre à l’aise. Elle hocha de la tête mais ne lui dit pas d’en faire autant. Pour le moment, elle était son médecin et non pas son amie. Elle remarqua alors à ce moment précis le rictus qui se formait sur le visage de Iago. Elle commençait à comprendre. Il avait un tic et ne pouvait s’empêcher de le faire. Par la même occasion, le regard du jeune homme était fixé sur l’instrument médical de Séréna. Il semblait appréhender la manœuvre. Elle sourit de plus belle et ajouta :

-« Cela va allez ! Je ne vais pas vous faire mal. Je peux juste pour dire que c’est un peu froid. »

Séréna se plaça en face de Iago et avec toujours un beau sourire aux lèvres, elle posa son stéthoscope sur la poitrine. Elle se trouvait en face de lui mais elle ne prêta pas du tout attention à la proximité qui régnait entre eux. Elle faisait son boulot et rien d’autre. Elle écouta les poumons de Iago.

-« Vous pouvez respirer un peu plus fort s’il vous plait. »


Elle continuait à écouter. On avait l’impression que cela durait une éternité.

-« Oui c’est bien, continuer comme cela. »

Elle écouta encore un peu et lui demanda de se retourner et de courber légèrement le dos. Elle écouta le cœur. Tout semblait normal. Elle reposa son instrument et ajouta :

-« C’est bon de ce coté là. »

Ensuite elle prit un autre instrument et examina les oreilles, et les yeux. Parfait. Elle prit un petit bâton et lui demanda d’ouvrir en grand la bouche. La aussi, tout allait bien.

-« Bon pour le moment, vous semblez en pleine forme. Par contre, puisqu’on est là, je vais vérifier la blessure que vous avez eu pendant la mission sur le Genova. Je pense que cela a commencer à cicatriser mais je préfère vérifier. »

A peine eut-elle finit de terminer sa phrase qu’elle ôta le pansement sans prévenir. La colle avait bien adhérer sur la peau. Elle était sympa, elle lui faisait une légère épilation. Mais elle continua son métier. Elle se pencha un peu plus, et observa attentivement le contour. Cela avait l’air de bien cicatriser. Elle hocha de la tête satisfaite et l’observa de ses belles prunelles et tout e souriant, elle dit :

-« C’est parfait ! Est-ce que cela vous fait mal ? »

Comme si elle était pressée, elle lui demanda de lire le tableau qui se trouvait un peu plus loin. Bien évidemment, elle avait quand même une oreille tendue vers la réponse du marine. Mais elle savait d’avance que cela allait bien.

-« Nous allons contrôler votre vue, d’accord. Vous voyez le panneau la bas, cachez de votre main droite l’œil gauche et lisez moi, ce qu’il y a écrit sur la deuxième ligne puis faites pareil avec l’autre œil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iago Giles
Soldat
Soldat


Âge du Personnage : 34

MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Mar 17 Nov 2015 - 10:49

Iago était à présent calé sur la table d'examen, et faisait tout son possible pour ne pas attirer l'attention de la jeune médecin sur son malaise quant aux stéthoscopes en général. Le marine avait croisé les pieds au bas de la table, dans une position décontractée au possible, mais son dos demeurait droit comme un i et ses ongles étaient à un iota de passer à travers son pantalon, entaillant la chair au dessous comme si ç’avait été un quartier de bar sur Aquaria. Néanmoins, il parvint au prix d'un effort quasi surhumain à détacher son regard du cercle d'acier qui allait se poser incessamment sous peu sur sa peau. Il détestait simplement cette sensation de froid.

Elle lui rappelait les jours de rafale, ou un seul pas de travers pouvait faire passer une situation de l'écopage d'urgence à la natation forcée. Les eaux glacées le long des cotes du continent nord d'Aquaria étaient réputées pour avoir été les dernières maîtresses de bien des marins, constituant à la fois leur petite mort et la grande. Iago, contrairement à eux, n'était pas habité de cette passion dévorante pour l'océan. Chaque bain s'accompagnait de plus de dégoût, et il était bien plus à l'aise à tisser des filets sur la grève. Le plus ironique, c'est que le stéthoscope allait rappeler à ses cellules des épisodes de vie sur une planète qui était maintenant perdue à jamais pour l'humanité. Irradiée jusqu'au trognon. Et il angoissait toujours pour ça.

-« Vous pouvez respirer un peu plus fort s’il vous plaît. »

Laissant là les pensées parasites, il entreprit de prendre les commandements du médecin à la lettre, et de laisser ses poumons s'étendre à leur pleine amplitude. L'air aseptisé du bloc s'engouffra donc, tourna un peu, et fut expiré tout naturellement. Il eut néanmoins une violente quinte de toux, davantage provoquée par le fait d'avoir tendu un peu trop la peau à l'endroit ou il avait été touché sur le Genova, quelques temps auparavant, que par une quelconque gêne respiratoire. Cette quinte de toux était d'ailleurs un stratagème de sa part pour masquer ce qui aurait d'ordinaire été un grognement. Son regard glissa sur les traits du médecin. Il était anxieux quant au fait qu'elle s'inquiète trop pour ce qui n'était, après tout, qu'une égratignure.

Il eut à peine le temps de se remettre du stéthoscope en lui-même que déjà d'autres instruments prenaient le relais. Il se sentait à coté de la plaque sur ce coup là, voyant les lumières qu'on lui braquait sur la rétine sans vraiment les voir. Il ne pensait pas. Il était dans la pièce comme une vaisseau était dans le hangar, passif, un travail en cours. A bien y réfléchir, c'était exactement ce qu'il était. Une arme en cours d'entretien, on vérifiait bien toutes ses sécurités avant de le réexpédier en première ligne. Le tremblement de sa paupière s'était encore intensifié après le passage sous la lumière. Après avoir nonchalamment présenté sa glotte aux yeux experts de la jeune femme, il déglutit. Braquant les prunelles sur le docteur Hardwick, c'est avec une diction bien plus aisée, quoique sa voix soit toujours aussi rauque que du papier de verre, qu'il tenta de rassurer le médecin.

- Merci doc. Un vrai soulagement de savoir que j'ai rien qui part en vrille.

Il eut cette fois un vrai sourire, aux antipodes de son rictus réflexe. Il était bien évidemment destiné à corroborer son statut d'homme « en pleine forme ». La vérité, c'est que la blessure le lançait, mais il soupçonnait la douleur en question d’être davantage mentale que physique. Le docteur Hardwick était occupée à vérifier son pansement, après l'avoir retiré en force une seconde auparavant. Le soldat Giles n'avait même pas cillé. Il y avait deux sortes de douleurs, et un pansement que l'on décolle n'était pas associé à une quelconque importance dans son esprit. Le fait de s’être fait quasiment aligner par une gamine de quinze ou seize ans par contre… Il expédia donc un mensonge de rigueur.

- Nope. La nature fait son boulot, je me sens déjà bien plus proche des 100 % que sur le Genova.

Il repensait à son réveil au milieu du CIC. Il ajouta, pensif…

- C'était un sacré bordel là bas. Ça va vous ? Je sais que vous avez pas vraiment pris une bourdonnante, comme moi ou ceux qu'ont fini raides, mais ça doit remuer la haut, dans le phare, non ?

Il se corrigea aussitôt, le dialecte de sa planète n'étant pas exactement le standard colonial.

- Je veux dire, psychologiquement ça va ?

Sur cette dernière syllabe, il plaça sa main droite sur l’œil gauche, et tacha d'articuler clairement.

- z, v, k, l, n, b, m


Il fit ensuite l'inverse, sans la moindre difficulté. Il avait d'excellents yeux, à vrai dire, et ça l'avait bien servi dans le corps des Marines, plus que dans le département de philosophie de l'UCM, ça, c'était un fait. Il était parmi les deux ou trois meilleures gâchettes de l'équipage du Galactica avant l'attaque. Maintenant, avec tous les nouveaux, il n'avait pas vraiment idée du classement. Il se tourna néanmoins vers le doc, levant un sourcil.

- Tout est ok ?

Il se demandait bien entendu à quoi ils allaient passer ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séréna Hardwick
Enseigne 1re Classe
Enseigne 1re Classe


Âge du Personnage : 32

MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   Dim 22 Nov 2015 - 7:43

Séréna avait bien remarqué que le jeune soldat était crispé au possible. Elle essaya de le mettre plus à l’aise, mais il semblait qu’elle n’y arrive pas vraiment. Elle souriait mais cela ne suffisait pas. Les paroles n’ont plus ne servait à rien. Donc, elle décida qu’elle devait faire le plus vite possible pour que le calvaire cesse pour le jeune homme. Alor qu’elle lui demandait de respirer plus fort, il se mit à tousser. Elle comprit rapidement que c’était du à la gène de sa blessure sur le Genova. Elle continua donc de l’examiner. C’était normal qu’il y réagisse, la blessure était récente. Après avoir finit l’examen général, le jeune homme la remercia. Elle remarqua son changement de voix. Elle l’observa quelques minutes et se demanda une fraction de seconde qu’est-ce qui pouvait le gêner autant. Sur le coup, elle pensa à elle mais elle changea vite d’opinion. De plus le soldat lui sourit, un sourire qui semblait sincère et non pas forcer. La blessure qu’il avait eu sur le Genova guérissait plutôt bien. Elle ne refit même pas de pansement.

-« C’est bon, effectivement, la blessure cicatrise bien. On va laisser à l’air libre pour que cela finisse de guérir tout seul. Par contre, pensez bien à la nettoyer pour être sur de ne pas attraper de microbes dessus. »

C’est sur, qu’il avait meilleur mine que sur le Genova. La, il était conscient alors qu’elle l’avait trouvé inanimé et blessé. Elle lui sourit de nouveau. Elle hocha de la tête.

-« Oui, ca va, je vais bien. Effectivement c’était assez dure là-bas. Surtout qu’en fait c’était ma première mission. J’étais entrain de fêter mon diplôme sur le Cloud Nine quand les cylons nous ont attaqués. Donc je dois avouer que c’est plutôt déroutant. Surtout qu’enfin de compte je suis pas vraiment à l’aise en tant que militaire. Mais il faut avouer que pour le moment, je n’ai pas vraiment le choix. »

Mais Séréna avait bien comprit ce que lui demandait Iago, même s’il avait utilisé un dialecte assez bizarre pour la demoiselle. Elle hocha de la tête pour lui faire comprendre qu’elle avait bien saisit ce qu’il lui demandait.

Alors qu’il lisait les lettres qu’il voyait sur le tableau, elle lui demanda

-« Et vous, vous venez de quelle planète ? »

Elle hocha de la tête alors qu’il lui demandait si sa vision était bien. Il n’y avait rien à redire. Sauf s’il connaissait par cœur la liste des lettres. Mais elle fit comme si il les avait bien lu. Elle se méfiait généralement des gens sur ce contrôle là. Elle se tourna pour prendre un autre instrument et elle tapota sur les genoux de Iago, sans le prévenir. Les mouvements furent correcte. Il semblait vraiment en grande forme. Elle réfléchit rapidement aux examens qu’elle avait effectué : La vue, les poumons, le cœur, yeux, oreilles, vues et mouvements. Elle avait fait les principaux et les plus important. Pour elle l’examen était terminée.

-« Vous semblez en pleine forme et apte pour aller aux combats. Parce qu’il faut être franc, tous les militaires sont réquisitionnés et il faudra aussi former de nouvelles recrus aussi. Moi-même, je vais devoir avoir un stagiaire pour lui apprendre le métier. Les médecins aussi sont importants. »

Elle se dirigea vers un bureau et attrapa un document puis revint vers Iago.

-« Vous voulez bien me signer ce document . C’est juste encore un peu plus de parasses. Comme cela, je pourrais certifier que vous êtes bien passez pour le contrôle d’aptitude. »

Elle attendit qu’il fasse son gribouillis et reposa les documents là ou elle les avait pris. Elle ôta sa blouse et alla la poser sur le porte manteau prévu à cet effet. Elle avait envie d’être Séréna et non pas Docteur Hardwick. Elle regarda Iago et demanda

-« Je n’ai pas d’autre patient pour le moment, cela vous dit d’allez se détendre au bar ? »


Elle se dirigeait vers la porte, n’attendant pas réellement Iago. Soit, il viendrait, soit elle irait seule.

Hj : Je sais pas quoi te faire faire d’autre. Je pense que les examens sont complets, donc on peut faire autre chose. Si tu veux, tu peux faire une réponse au bar, si tu es d’accord ? Et excuse moi pur le retard, j'ai un peu de mal à gérer avec deux gamins :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Check-up {RP Libre w/ Séréna Hardwick}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau libre
» complément libre choix d'activité : chuis verte !!!
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» les 6 mois de complement de libre choix de garde (la paje)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Battlestar Galactica : le RPG-PBF ! :: Jeu de Rôle :: BSG-75 Galactica :: L'infirmerie-
Sauter vers: